Tournoi Franck Diongo : des coups de balles au terrain de la CAC Imprimer
Lundi, 26 Août 2013 20:10

De coup de balles, des jets de pierres, une débande totale des supporters et des organisateurs et une chasse à l’homme, c’est l’ambiance qui a caractérisé la fin du tournoi organisé en période des vacances par Franck Diongo, député de l’Opposition et élu de la circonscription de la Lukunga.

Ce triste scénario s’est déroulé dimanche 25 août au terrain de la Cité des Anciens Combattants (CAC), communément appelé la Cour dans la commune de Ngaliema, alors que se jouait la finale entre les quartiers Village (Villa Real) et A de la CAC en présence des invités de marque du président de Mouvement Lumumbiste des Patriotes  (MLP). Tout a tourné au vinaigre lorsque l’équipe du Village a ouvert le score dans le premier quart d’heure de la seconde période du match, après un tir de Kodi Milambo de DCMP mal renvoyé par le portier.  Dans le camp adverse, c’était la contestation la plus totale des joueurs et des supporters. Au regard de ce climat sur l’aire de jeu, le match s’est arrêté par l’arbitre central, Jean-Claude habitué à officier des rencontres de la première division de l’EUFKIN-Kilimani.

Guy Lusadisu à la Cantona

Au fil de temps, l’incompréhension s’est installée dans le camp du quartier A conduit par Guy Lusadisu alias Moshebe (ndlr : plusieurs fois médaillé avec le TP Mazembe sur le plan continental). Les observateurs qui se sont déplacés pour suivre ce match n’ont pas apprécié le comportement de ce joueur très respecté dans cette contrée de la capitale. Au moment où le match allait reprendre,  la réaction de Moshebe a amplifié la situation. Au lieu de se comporter en bon capitaine, il a préféré se battre avec un supporter de Village. Moshebe a rappelé aux amoureux du ballon rond le mauvais comportement d’Eric Cantona, ancien de Manchester et de l’équipe nationale de la France. Cette réaction avait motivé les supporters du quartier A, composés essentiellement des   gangsters surnommés ‘‘ Ba Robots’’. Il s’en est suivi une débande des supporters de Village venus en visite au quartier de la CAC. Malgré la présence des éléments de la Police commis à la sécurité, la situation a été difficile à maitriser.  Il a fallu des coups de balles en l’air pour que les fauteurs de trouble soient dispersés. C’était la panique générale sur  les avenues environnantes de cette arène de Ngaliema.  Mêmes les personnes qui n’étaient pas concernés par ce match, avaient passé un mauvais après-midi dans la mesure où une Jeep de la PNC sillonnait quelques avenues de la CAC en vue de mettre la main sur les récalcitrants.  C’est après quelques temps que ce quartier a retrouvé son ambiance habituelle.

De médiocrité en médiocrité

Ce tournoi a permis de déceler beaucoup d’insuffisances  sur le plan organisationnel. Certains sportifs ont estimé que la finale du tournoi devait se jouer sur le terrain de l’Ecole supérieure militaire (CSM), question de déjouer le plan des fauteurs de troubles. Le match s’est déroulé sur un terrain en mauvais état.   Heureusement, il  n’y avait pas des graves blessures. Franc Diongo et ses complices ont failli dans l’organisation. A 72 heures de la finale, soit jeudi 22 août à l’étape de la demi-finale entre quartier K et M,  la rencontre s’est terminée dans une confusion totale. Sur l’aire de jeu,  l’équipe de K qui menait au score. Quelques minutes après,  l’équipe adverse a marqué un but litigieux, lequel a occasionné l’arrêt de la partie. Face à cette situation confuse, Diongo a appelé les deux équipes pour trouver un terrain d’entente, mais cela sans succès. Selon les témoins de cette conversation, lorsque Diongo a pris la parole, il a souligné que sur le plan légal,  le but ne peut pas être validé étant donné que c’est dans le cadre des loisirs, veuillez obtempérer à la décision de l’arbitre et vous serez départagé par les tirs au but. L’équipe du quartier K n’était pas d’accord sur cette décision de l’organisateur.

Le représentant de K n’a pas apprécié le comportement du député national qui prône, du matin au soir,  la démocratie ou l’état de droit au pays. Les organisateurs ont fini par disqualifier les deux équipes. Automatiquement, l’affiche de l’autre demi-finale entre quartier A et Village était transformée en finale.  Selon les informations recueillies sur place, certaines équipes se sont vues éliminer sans motif valable. C’est le cas de l’équipe du quartier Mussey et du quartier G.  Selon les sources des organisateurs, le trophée du tournoi sera remis mardi 27 août à la résidence privée de Franck Diongo à la CAC.