Newsflash

Vous êtes ici

Home Interview L. Tshimpumpu : ‘‘Il faut toujours profiter quand le match se joue à domicile’’


L. Tshimpumpu : ‘‘Il faut toujours profiter quand le match se joue à domicile’’ PDF Imprimer Envoyer
Vendredi, 10 Juillet 2015 14:56

Les Léopards dames de moins de 20 ans matcheront leurs homologues namibiennes le dimanche 12 juillet 2015 au stade Tata Raphaël de la Kethulle, dans le cadre de la phase aller  du deuxième tour des éliminatoires de la Coupe du monde, Papouasie Nouvelle-Guinée 2016. En prévision de ce match, la présidente de la CNFF (Commission nationale de football féminin), Lily Tshimpumpu s’est exprimée quant à l’organisation dudit match et sur la l’état de football féminin en RDC.

 

Irisfootball.com Qu’est-ce que nous pouvons retenir de votre présence au Centre Kurara Mpova ?

Lily Tshimpumpu : Léopards U-20 sont internées au  Centre technique Baudouin Kurara Mpova (Ndlr : dans la périphérie Est de la ville de Kinshasa), cela fait déjà deux semaines. Elles sont en train de préparer le match contre la Namibie, dans le cadre de la phase aller des éliminatoires de la Coupe du monde dont la phase finale est prévue en 2016 en Papouasie, Nouvelle-Guinée.

Comment se déroule la préparation des Léopards U-20 à quelques jours de la rencontre ?

 

Les jeunes-filles ont entamé à temps pour qu’elles parviennent à faire une prestation honorable lors de la première manche. Les filles livrent des matches amicaux avec les garçons pour leur permettre d’avoir beaucoup plus d’endurance. Le staff technique a préféré que l’équipe s’entraîne 3 fois par jour avant le match avec des garçons en vue d’acquérir un peu d’expérience sur le plan technique et tactique.

 

Y-a-t-il une amélioration ?

 

Bien sûr que oui ! Ces différentes confrontations ont permis à nos U-20 de développer un bon jeu, un jeu collectif, en suite de s’améliorer sur le plan tactique. Pour nous, c’est très bénéfique que Léopards s’internent au Centre Kurara une semaine avant le délai. Vous  savez que le règlement exige que l’équipe s’entraîne deux semaines avant le match. Nous avons préféré que cela se fasse 3 semaines avant le match afin de pouvoir leur permettre d’entrer dans le match dans la mesure où elles ont eu moment de repit après le match contre les Panthères du Gabon.  C’est ce qui a fait qu’on s’est dit, si on relâche, ce n’est pas évident. Parce que, comme vous le savez, il ne faut jamais sous-estimer l’adversaire.  La Namibie est une bonne équipe. Raison pour laquelle, nous avons voulu, nous prendre à temps pour éviter des surprises désagréables.

Pouvez-vous dresser un tableau  du football féminin en RDC ?

 

 

Ah ! Comme vous le savez, le football congolais a connu un moment critique. Il y a plusieurs années que les filles ont fait parler d’elles, précisément en 2006 et 2008 lors de leur participation à la phase finale de la Coupe du monde (respectivement en Russie et au Chili). C’était avec la catégorie de moins de 20 ans. Malheureusement, après le retour au pays, la machine s’est carrément arrêtée, l’évolution était tout à fait difficile, les filles n’ont pas pu évoluer autrement, elles n’ont pas pu participer à quoique ce soit, puisque le gouvernement ne disposait pas des moyens financiers en ce qui concerne la participation de l’équipe congolaise. Le football a connu des moments sombres. Dieu merci avec l’appui de la  FIFA, laquelle a exigé  la mise en place d’une structure de dames devant prendre soin du football féminin.  Nous pensons que le souci est complètement différent, puisque les hommes s’intéressent beaucoup au football masculin plutôt qu’au football féminin. Ce qui fait qu’un autre vent est arrivé au niveau de la FECOFA, la CNFF (Commission nationale du football féminin). Cette commission a la charge du développement et la promotion du football féminin. Nous avons tout fait pour que nos U-20 prennent part aux éliminatoires de la Coupe du monde 2016. C’est un peu brièvement ce que nous avons pu faire jusque-là.

 

La CNFF se focalise sur les U-20 seulement et les autres catégories ?

 

Non, le fond de notre programme, on doit commencer de 5 à 13 ans, de 14 à 19 ans ainsi de suite. Nous sommes en train de mettre sur pied un programme pour pouvoir améliorer le football féminin et avoir la relève de demain. Attendez-vous à voir aussi les Léopards dames séniores qui vont participer aux éliminatoires de la CAN prévue au Cameroun en 2016. Vous allez vivre l’équipe des séniors qui sera mise en place dans peu de temps.

Qu’est ce qui est prévu après l’organisation de la Coupe du Congo de football ?

 

Juste après le match entre la RDC et la Namibie, nous allons procéder à l’implantation des commissions provinciales dans chaque province pour qu’il y ait relais avec la CNFF mise en place par la FECOFA. Nous avons tout un programme à leur donner. Après l’implantation de différentes commissions, il sera question de signer une convention avec l’EPSP dans le but d’avoir une équipe des filles de 5 à 14 ans ainsi de suite. Il y a tout un programme qui va nous permettre de promouvoir le football féminin en RDC.

 

Un message particulier en prévision du match du dimanche entre les Léopards et les Brave Warriors ?

 

 

Lily Tshimpumpu : Nous faisons appel au public. Que les amoureux du ballon rond viennent nombreux au stade Tata Raphaël pour encourager leurs sœurs. Vous savez que c’est un match qui se joue à domicile. Il faut toujours profiter quand le match se joue à domicile pour marquer beaucoup de buts. Leur encouragement sera un plus. Nous appelons les mamans  qui viennent rarement au stade de venir nombreuses et de remplir ce stade en vue d’encourager les filles à aller de l’avant et à gagner ce match. (Source : décryptage vidéo publiée sur ufcongo.org).

 

 

 

Recherche

Bannière

Facebook